PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

La blague du permis Internet

samedi 10 mai 2014 à 11:35
facepalm head in hands Ça y est, sur l’initiative de la compagnie d’assurances Axa, le gouvernement proposera un « permis Internet » aux élèves de CM2.

Selon les premiers constats, ce permis serait basé sur la peur : l’internet est dangereux, bardé de pédo-nazis-terroristes-voleurs et il faut surtout ne rien y dire si on veut rester sain d’esprit.

Étrangement, tout ceci est très vendeur pour les offres « protection Internet » du même vendeur d’assurances…

Pfff…

Internet n’est pas dangereux.
Pas plus qu’un couteau entre de bonnes mains. C’est quand on s’en sert n’importe comment que des risques peuvent apparaître. Les réseaux sociaux, forums, blogs, la webcam ne sont pas plus dangereux non plus : il suffit de les utiliser correctement et ne pas partager n’importe quoi avec n’importe qui.

Internet n’est pas plus un repère de pédo-nazis que la rue.
L’avantage des réseaux sur Internet, c’est qu’on peut bloquer (et signaler) les gens qui nous font chier : apprenez à bloquer quelqu’un sur Skype, Facebook, Twitter. Mais c’est pas parce qu’une seule personne dans une liste de 300 amis vous importune qu’il faille se replier sur soi.

Ça commence à bien faire là avec leurs campagnes de FUD sur tout : Internet c’est mal, les réseaux sociaux c’est mal, acheter en ligne c’est dangereux…
Ah… par contre ils se tiennent bien de dire pourquoi il y a des dangers, où ils sont réellement et surtout : comment les éviter. Ça ça serait de la vrai pédagogie : expliquer pourquoi et comment.

Parce que là, leur propagande par la peur dans un contexte politique déjà très anti-Internet, ça me rappelle une définition bien précise : celle du terrorisme : « Le terrorisme est l'emploi de la terreur à des fins politiques. ».

Il serait pas mal aussi d’apprendre aux gens les côtés techniques de l’informatique : installer des mises à jour de sécurité, utiliser un antivirus, détecter un site contrefait (merci WOT) et accessoirement à se protéger des gouvernements trop curieux avec Tor, GPG ou des VPN.

Bref, ce permis Internet me semble encore une bonne bouse pondu par et pour des intérêts privés et qui arrange pas mal un gouvernement de vieux technophobes.

image de Proimos

Sites de ressources pour développeurs web

mardi 22 avril 2014 à 06:00
Je suis sûr que tout ceux du milieu connaissent les sites que je vais lister ici, mais en guise de note ou pour les nouveaux, je les poste quand même. On trouve des pages d’explications pour le HTML5, le JavaScript ou le CSS.

L’avantage d’avoir de multiples sources pour ça est que les exemples sont variés aussi et qu’on peut comprendre les choses plus facilement en croisant toutes les sources.

Quirksmode.org : (JS, CSS, HTML5)
Des tutoriels qui vont à l’essentiel mais qui n’en sont pas moins précis, avec des démos.

Mozilla Developper Network : (JS, CSS, HTML)
Des pages d’explications avec beaucoup d’informations (sur les compatibilités navigateurs, ou l’historique), très pro et très complets.

Microsoft Developper Network
Le même chose que le Mozilla DN, aussi complet et pro, mais souvent plus orienté IE (et non orienté vers les standards officiels du W3).

Alsa Création : (JS, CSS, HTML5)
Site en français avec de long tutoriels très illustrés avec des claires démos.

W3 School : (JS, CSS, HTML5)
Site très complet et presque exhaustif dans la doc.

W3C Doc
Le documentation du W3C lui-même : si vous voulez l’information officielle sur les standards CSS/HTML, c’est là qu’il faut aller, vous y trouverez tout.
Par contre, les infos ne seront pas forcément utiles si vous souhaitez savoir ce que les navigateurs peuvent réellement utiliser.

Can I Use ?
Vous voulez savoir si une propriété CSS ou HTML fonctionne dans un navigateur particulier ? Ce site affiche les compatibilités dans tous les navigateurs et toutes leurs versions, y compris mobile.


Dans tous les cas, si vous voulez quelque chose en particulier dans une page web, apprenez à lire le code source des pages. Ok, celui de Facebook ou GMail ne sera pas pratique (ils sont tout en JS illisibles), mais celui de petits sites ou de petits scripts sont beaucoup plus lisible. C’est en codant qu’on devient codeur et pas autrement.
Utilisez aussi les outils de développeurs disponibles dans les navigateurs (via Ctrl+Alt+I, que ce soit dans Firefox, Chrome ou Opera) : ils permettent de lire et analyser les sources des pages web en séparant les scripts, les styles et le HTML.

Et pour ceux qui n’ont jamais touché à du code HTML de leur vie et qui veulent commencer tout en bas, j’avais un jour créé ce fichier. Vous pouvez le télécharger, l’ouvrir avec un navigateur pour le voir, et un éditeur de texte pour le modifier. N’hésitez pas à changer ce que vous voulez dedans, comme intervertir des balises, changer les attributs ou les couleurs…

Le problème des consoles Nintendo

lundi 21 avril 2014 à 18:38
J’aime bien les consoles portable Nintendo. Je les ai pratiquement toutes eu de la Game Boy Color à la 3DS actuellement.

Mais y’a quelque même une évolution dans ces consoles qui me semble inutile :

graphique présentant l’évolution du nombre de contrôles sur les consoles nintendo
(En considérant l’écran tactile comme 1 bouton, le bouton multidirectionnel comme 4 boutons et le pad multidirectionnel de la 3DS comme 16 boutons.)

Certes, peut-être qu’il y en a besoin dans quelques jeux, mais les jeux que j’ai (y compris sur DS et GB-Advance) ont tous des touches inutilisées. Du coup je me demande un peu si tout ces boutons sont bien nécessaires à autre chose qu’à emmêler les pinceaux de l’utilisateur : je me souviens sur la DS, la touche d’alimentation était à une place qui incitait très fortement à appuyer dessus à la place du bouton « start », heureusement sur les autres consoles le bouton d’alimentation a depuis été placé sur le côté de la console.

Putintin de copyreich !

samedi 19 avril 2014 à 15:04
Il y a quelque jours j’étais tombé dans le panneau du poisson d’avril de Gee sur sa (fausse) demande de censure d’un article mentionnant un personnage de Tintin par l’éditeur Moulinsart.

Maintenant, c’est un utilisateur de Twitter qui, pour illustrer un tweet poste une image d’une BD de Tintin. Moulinsart demande à Twitter de censurer le tweet pour ça et Twitter collabore sans broncher.

Qu’on m’explique une bonne fois en quoi copier UN SEUL CADRE d’un livre (équivalent à une citation d’un bouquin) porte atteinte à l’éditeur dudit livre ? Il est où le préjudice subit ? Et où est le droit de citation de l’internaute : n’importe qui a tout à fait le droit de citer n’importe quoi dans un but d’illustration.

OUI je peux citer un extrait littéraire !
OUI j’ai aussi le droit de citer un extrait d’une publication !
OUI cela vaut aussi pour le contenu audio-visuel : si je fais une vidéo, je peux mettre un (petit) bout d’un film dedans !
OUI je peux même mettre l’intégralité d’une vidéo quand ça concerne une représentation publique d’un événement !
… le tout sans même avoir à demander l’autorisation aux ayant-droits et aux auteurs.

Ce sont des exceptions au droit d’auteur prévues par le droit Français (article 122-5 du CPI).

Ce qu’il faut retenir ici, c’est surtout que Twitter (et tous les autres) se fichent de vos droits et que les ayants-droit le savent : ils peuvent demander à censurer tout ce qu’ils veulent sous n’importe quel prétexte et ça sera censuré.
On a vu des cas où des majors réussissent à faire censurer des œuvres Libres, comme récemment Sony qui fait censurer l’animation Sintel de la Blender Foundation, alors que Sony n’a aucun droit sur l’animation…

Néanmoins, tout n’est pas perdu : il suffit de ne pas utiliser les services comme Youtube ou Twitter pour diffuser du contenu, mais un site personnel.

Ça fait cinq ans que mon site existe, ça fait autant de temps que je ne prive pas pour y répliquer des citations, images, photos, captures d’écran et extraits de contenus en tout genre. Cependant, je le fais dans un cadre légitime (du moins il me semble) : je n’ai encore jamais reçu de demande de censure ou de lettre d’avocats. Il y a sûrement plusieurs raisons à ça, mais celle sur laquelle je compte rend les demandes de censures illégales si elles ne sont pas justifiées ; et je m’arrange toujours pour être dans ce cadre (prévu par la loi).
Mon site héberge même quelques films et de la musique. Sauf que leur accès est privé et protégé par un mot de passe qui n’est pas diffusé : leur accès est restreint et réservé à un usage personnel, ce qui est autorisé n’est pas interdit.

Oh, et juste à des fins d’illustration, voici une capture d’écran du tweet censuré :

capture d’écran du tweet censuré pour Moulinsart
Il est intolérable que les éditeurs fassent ce qu’ils veulent avec n’importe quoi. L’effet Streisand est une arme efficace, faire valoir ses droits et savoir ce qu’on a le droit ou non de faire en est une autre (c’est le but de cette page).


(via)

Le CSA veut que les sites soient de « bon censeurs »

samedi 12 avril 2014 à 14:02
Le CSA commence à sortir ses idées de vieux cons avec des morceau de censure dedans : ils veulent que les sites reçoivent un label « site de confiance ».

Les prérequis pour avoir ce label seraient bien-sûr une auto-censure disciplinée et le respect d’une charte, en échange de quoi le site labellisé ne sera pas bloqué dans les logiciels de contrôle parental (trop sympa, on en attendait pas tant). Ils veulent aussi que les logiciels de contrôle seront basés sur une liste blanche, et non plus une liste noire.

Ils veulent que le Web devienne comme la TV : que seul ce qui est approuvé par le gouvernement soit visible par le consommateur. C’est lamentable.

Mais ils pourront toujours aller se faire voir pour que je censure quoi que ce soit pour eux.

À quand l’heure où l’ouverture d’un nouveau site se fera contre la signature d’une charte imposant la censure au doigt et à l’œil et une allégeance inconditionnelle à la République et interdisant toute publication contraire au régime, comme en Chine en fait ? À quand aussi que la liste blanche soit imposée aux FAI ?

Finalement la bonne vieille blague du « Hadopi-explorer » risque de devenir une réalité :

capture d’écran des sites GNU.org, Wikipédia et lehollandaisvolant.net dans le Hadopi-Explorer

ÉDIT : Goshu me signale qu’en fait ce ne seraient que les sites de diffusion multimédia qui soient concernés. Mouais, l’expérience avec la Hadopi et tout ces trucs idiots me pousse à penser que ça ne sera peut-être effectivement que ces sites là au début, puis ça sera élargi à tous les sites (d’ailleurs, n’importe quel site qui diffuse une vidéo intégrée de Youtube pourrait entre temps être concerné par « site de partage audio-visuelle »)…