PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Confini

mardi 3 novembre 2020 à 13:02

Je crois qu’il faut qu’on arrête de dire qu’on est confiné.

Car on n’est pas confiné.

Étrangement (ou pas, du coup), je n’ai jamais vu autant de monde dans la rue que depuis samedi.

Certains (moi y compris) sont tenus de continuer de travailler. Est-ce que je considère ça comme justifié ? Non. Je ne suis pas confiné non plus.

Perso, la seule chose qui change entre confinement et non-confinement, c’est qu’il n’y a plus de PQ au supermarché : les trous du cul ayant tout pris dans le premier quart-d’heure suivant l’ouverture du magasin.

Ne me parlez pas de télétravail : il n’est pas obligatoire et personne ne le pratique : ceux qui le faisaient durant le premier confinement se sont faits traiter de branleurs, du coup ils ne veulent plus télétravailler. Compréhensible ? Oui. Normal ? Non.
Sans compter ceux qui ne peuvent pas le faire tout simplement (j’en fais partie, pour environ la moitié de mon taf quotidien).

M’enfin même avec ça… En allant au travail, donc, je n’ai jamais vu autant de monde dehors, même à 07 h du matin.

Je vis en montagne, dans un faux-bourg d’une centaine d’habitants au bout d’un chemin. En temps normal, je ne croise personne. Aujourd’hui j’ai croisé deux personnes qui se promenaient, un qui promenait son chien (il a un chien lui maintenant ?) et deux soi-disant « joggeurs ». Le tout sur moins de 2 km.

Sans compter, sur le reste du chemin, tous les autres qui allaient au taf, ceux qui lavaient leur voiture, ceux qui allaient à l’école, à la boulangerie…

Confinement vous dites ? C’est du n’importe quoi.

Le pire c’est qu’on peut rien dire : tout le monde a probablement son attestation, donc tout le monde a le droit.

Car oui, et c’est quand-même magnifique, on nous oblige à rester à la maison, mais en même temps on nous propose un putain de papier totalement ridicule sur laquelle on côche une case — celle que l’on veut ! — et c’est bon, on a le droit de sortir librement.

T’as envie de sortir ? Félicitation !
Choisis une raison :

Mets une croix en bas, et sors.
C’est tout ? C’est tout ! C’est vraiment pas compliqué.

Personne n’ira vérifier : les flics n’ont pas le droit de juger que vos chocolats et douze paquets de farine et ce nouvel écran plat achetés à Carrouf sont bien des courses de première nécessité, ni ne vérifieront que t’es un sportif qui court tous les jours et pas juste aujourd’hui, ni que t’as emprunté le chien du voisin juste pour aller dehors…

Vu ces possibilités de sortie parmi une liste longue comme le bras, faut pas s’étonner que les gens le fassent, clairement, quitte à aller faire les courses six fois par jour (et au passage vider les rayons comme des singes) ou promener le chien toute une matinée, mais faudra pas s’étonner non plus que les chiffres du Covid ne baissent pas assez pour espérer un déconfinement avant Noël.

Me parlez pas de confinement.

Si on était confiné, on se ferait arrêter et mettre en taule dès qu’on franchit le seuil de la porte de chez soi.
Si on était confiné, toutes les entreprises seraient fermées.
Si on était confiné, les commerces seraient fermés et l’Armée serait en train de distribuer du riz aux habitants.
Si on était confiné, on serait chez nous à faire ce qu’on peut, ce qu’on veut, ce qu’on doit faire, tant qu’on sort pas.

Donc non : on n’est pas confiné.

On est semi-confiné à la limite, dans le sens où y a quelques contrôles d’un pauv' papier et qu’on doit être imaginatif sur des justifications qu’on sait parfaitement fantaisistes.

Mais au fond, si t’as envie de te déconfiner tu sors. T’as pas confiné.